Rechercher
  • Plüm-Plüm

Fleuves du dedans

Mis à jour : 14 avr. 2020

Fleuves du dedans en trop plein condensés,

Fluides impétueux aux couleurs boueuses

Se déversent et roulent, vagues douteuses

En larges tourbillons essoufflés. Tantôt remous âcres et acides,

Tantôt coulées de laves insipides,

De part en part traversant

Ce sapiens de misère, nu et cru,

Qui erre du levant au couchant ;

Cet amas de chairs dolentes,

Ce corps suspendu

En un lieu inconnu,

Cette carcasse suffocante,

Dans un temps distendu,

Cet entassement d'atomes,

De particules tortueuses,

De membranes défectueuses,

Qui rejette ses mucosités fantômes

Par tous les pores, les orifices

Fissures, ouvertures et interstices. Ces sécrétions expulsées génèrent des sonorités,

Qui les unes avec les autres, copulantes,

Enfantent d'ariettes trébuchantes. A qui mieux mieux

Elles célèbrent les abîmes

De notre Sapiens vieux,

De nos fleuves intimes

Coulants par nos corps caverneux.

22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Il est parti, Willy est est parti

Il est parti, Willy est parti! Sur la pointe des pieds, Dans son corps estropié, Sans réveiller personne, Sans alarme qui résonne. Il est parti,Willy s'est enfui ! Rejoindre cet ailleurs Qui lui fais

L'objet laid

Il est laid, l'objet laid, l'est pas beau! Y'a qu'à voir, il n'a aucun propos! Oublié tristement sur un coin d'étagère, L'échoué avorton, privé de lumière, Dort le cœur lourd depuis des millénaires ;

Beauté et laideur

Beauté et laideur Vont en âmes sœurs, Amants fidèles, Époux immortels. Beauté est féconde Et laideur amoureux, Mains sur les yeux Et oreille contre cœur, Ils sont maîtres du monde Et parents de têtes